Attention, certains jeunes animaux semblent abandonnés mais n’ont pas nécessairement besoin de votre aide. En effet, ils peuvent toujours être nourris par leurs parents. Il est donc souvent préférable de les laisser dans la nature. De plus, de nombreux jeunes oiseaux quittent le nid prématurément.

Observez donc l’oiseau : sautille-t-il de branche en branche ? Volète-t-il au-dessus du sol ? A-t-il déjà des petites plumes? Si oui, il ne lui faudra que peu de temps avant de pouvoir atteindre seul les hautes branches. Si l’animal n’est pas sur une route, et qu’aucun chat n’est à l’affut, vous pouvez le déposer en hauteur et vous éloigner afin de laisser la place aux parents qui ne sont surement pas loin. Ne vous inquiétez pas si vous le touchez, contrairement aux croyances, les parents ne le rejetteront pas, les oiseaux ayant un très mauvais odorat.

Si l’oiseau est encore trop jeune et si le nid est accessible, vous pouvez replacer l’oisillon dans le nid, à côté des autres jeunes.

Si le nid est inaccessible, ou que l’oiseau présente des blessures, placez-le dans un carton préalablement troué, et reformez un nid avec un essuie : cela le maintiendra au chaud et l’empêchera d’être trop secoué lors du transport.

Pour les espèces suivantes : rapace nocturne, martinet et caneton, des conseils particuliers vous sont donnés plus bas sur cette page.

Ne donnez jamais d’eau directement dans le bec : vous pourriez le noyer ou provoquer une pneumonie. Si l’oiseau est déshydraté, vous pouvez lui donner un mélange d’eau sucrée-salée (8 g de sucre et 3 g de sel dans 20 ml d’eau tiède). Déposez délicatement une goutte à l’aide d’un bâton de coton-tige sur le bout du bec ou sa commissure. En urgence, vous pouvez le nourrir avec du haché de bœuf non préparé, toutes les unes à deux heures, jusqu’au coucher du soleil.

Ne gardez pas l’animal chez vous. Il doit être pris en charge au plus tôt afin de recevoir des soins complets et une alimentation adaptée à sa bonne croissance. En choisissant de le garder, vous le condamneriez à une vie de captivité à cause de l’imprégnation humaine, ou à la mort suite aux conséquences d’une mauvaise prise en charge (carences alimentaires, soins inadaptés, cage non adaptée, etc.). Les soins à la faune sauvage sont très différents des soins donnés à la faune domestique. Plus d’informations ICI.

Contactez le centre de revalidation le plus proche de chez vous : http://protectiondesoiseaux.be/index.php/les-centres-de-revalidation/belgique/

Cas particuliers :

Rapace nocturne

Effraie des clochers

Martinet noir

Caneton