Dans nos régions, l’agriculture est à l’origine du développement de nombreux milieux ouverts tels que des prairies. Autrefois riches en espèces, elles se sont aujourd’hui considérablement appauvries. L’intensification des pratiques agricoles, l’usage de produits phytosanitaires et les semis de seulement quelques espèces dans d’énormes champs sont les causes majeures de cette perte de biodiversité.

Il est dès lors très important de reconsidérer cette biodiversité menacée et de développer des espaces de prairies fleuries pour favoriser toute la faune et la flore qui en dépendent.

Un garde-manger pour les oiseaux

Les graines de beaucoup de plantes herbacées sont une source de nourriture d’un intérêt alimentaire certain pour les oiseaux, notamment celles que l’on qualifie habituellement de « mauvaises herbes ». Celles-ci abritent des insectes, des araignées et des chenilles, ce qui constitue un apport de nourriture important en période de nidification. Une pelouse rase est à proscrire. Il est préférable de la laisser évoluer au fil du temps de manière naturelle et de la faucher une fois par an, ceci pour permettre le développement  de multiples espèces florales.

Avoir une pelouse fleurie

On choisit de semer une prairie fleurie pour différents objectifs. La prairie fleurie est semée pour son esthétisme, pour remplacer un gazon difficile à entretenir ou encore mieux, parce que la prairie fleurie contribue à la biodiversité au jardin. Attention, lorsque vous faites le choix d’installer une prairie fleurie, soyez attentifs aux mélanges qu’on vous propose. En effet, il existe différents types de mélanges : variétés annuelles (fleurissement pendant 1 an) ou vivaces.

Le plus simple encore, consiste à laisser la nature faire son œuvre et à attendre que les plantes qui croissent spontanément colonisent les lieux. L’avantage de ce procédé réside dans le fait que les plantes qui s’installent sont adaptées au milieu. En revanche, la diversité risque d’être limitée les premières années.

Un entretien minimal

Normalement, une prairie fleurie ne demande qu’une seule fauche annuelle à la fin de l’été avec ramassage du foin pour limiter le taux d’azote dans le milieu. Si celui-ci est trop élevé, la biodiversité diminue. Au niveau du temps d’entretien, les prairies fleuries sont donc plus avantageuses qu’un gazon tondu tous les 15 jours ou que des plantations de fleurs annuelles. Ajoutons que les prairies fleuries sont en général semées dans le cadre d’une démarche environnementale, dans laquelle il est logique d’accepter une certaine présence de « mauvaises herbes », puisque celles-ci font partie intégrante de la biodiversité.