SOMMAIRE

EDITO 4

1922-2016 : 94 ANNÉES DE COMBATS 6

HOMME & OISEAU 10

NOUVELLES DE NOS RÉSERVES 14

SAUVER LA FORÊT DE BIALOWIEZA 16

VERS UNE PRIVATISATION DE LA FORÊT PUBLIQUE ? 22

CONSERVATION DE LA NATURE 23

NOTRE CENTRE NATURE 24

PELOUSES ET PRAIRIES NATURELLES 27

IN MEMORIAM28

ACTION 30

BOUTIQUE VERTE 32

LA CHASSE EN QUESTION 34

COOPÉRATION ANIMALE  56

RECUEILLIR • SOIGNER • RELÂCHER 60

 

EDITO

De qui se moque-t-on ?

Empêtrés jusqu’au cou dans les affaires, la plupart des partis politiques sont

déboussolés ; Ils ne savent plus quoi faire pour détourner l’opinion publique de leur disfonctionnement et de leur manque d’éthique.

Ainsi, deux parlementaires wallons, le chef de groupe MR Pierre-Yves Jeholet et le député Jean-Luc Crucke ont demandé au Parlement wallon d’étudier la possibilité juridique d’opérer une distinction entre oiseaux protégés et ceux qui pourraient être capturés, via une méthode traditionnelle, pour satisfaire des

amateurs d’oiseaux en cage. Ce n’est, ni plus ni moins, qu’un retour à la tenderie.

Tenderie que notre Ligue a combattu depuis sa création. Un combat de septante et un ans qui a abouti en 1972 et qui s’est prolongé à cause de dérogations

électoralistes jusqu’en 1993. C’est à force de recours au Conseil d’État, déposés par notre association, que nous avons eu gain de cause.

Cette nouvelle tentative de restaurer la tenderie a fait dire à l’un de nos administrateurs que, depuis Henri 1er l’Oiseleur (876-936), roi de Germanie, ces députés du MR n’ont vraiment pas évolué. Ils en sont encore, comme les chasseurs, sous l’ancien régime !

Ce sujet sensible a créé un tollé général parmi les défenseurs de l’environnement et aussi parmi certains ministres comme Carlo di Antonio et René Collin. Ce qui a amené les deux protagonistes à retirer leur projet.

Jean-Luc Crucke s’en est excusé : « Je comprends la colère de tous ceux qui ne souhaitent pas que le débat sur la tenderie refasse surface. Je n’aurais jamais dû contresigner ce texte aujourd’hui retiré, mais assumer c’est aussi reconnaître son erreur … ».

Cette lamentable proposition prouve qu’il faut toujours être vigilant et qu’un combat gagné n’est jamais définitif surtout lorsque l’on voit la mentalité rétrograde de certains politiciens.

Alors que notre société est en crise, qu’il y a du pain sur la planche pour re-crédibiliser le monde politique,

n’y-a-t-il rien à faire d’autre de plus important pour nos concitoyens que de s’occuper de remettre en cause les lois sur la protection de la nature ?

Ceci est vrai aussi en matière de chasse. Notre ministre Collin veut détricoter nos lois en décidant de remettre certaines espèces dans la catégorie gibier (Héron, Cormoran, Blaireau etc…) et de ne plus tenir compte des avis du Conseil Supérieur Wallon de la Conservation de la Nature (qu’il veut en outre supprimer). C’est un retour en arrière de plus de trente ans.

De qui se moque-t-on ?

Jean-Claude Beaumont, Président.