Depuis la fin de l’été, beaucoup moins d’oiseaux sont observés dans les jardins. Nos membres et des particuliers inquiets nous téléphonent régulièrement pour essayer de comprendre ce phénomène.

Ce constat semble identique dans la plupart des régions de Belgique mais aussi dans le nord de la France. Ces absences ont été constatées par de simples amateurs mais aussi par des ornithologues aguerris. Ce sont surtout les mésanges et les pinsons des arbres qui ne sont plus observés.

Beaucoup moins de Mésanges charbonnières sont observées dans les jardins car beaucoup de nichées ont échoué.
Beaucoup moins de Mésanges charbonnières sont observées dans les jardins car beaucoup de nichées ont échoué. (photo: Dimitri Crickillon)

Mais où sont-ils passés ?

Diverses hypothèses peuvent expliquer ce manque d’oiseaux :

• Premièrement, les conditions climatiques (pluies et froid) de ce printemps ont été très mauvaises pour les oiseaux. Beaucoup de nichées ont échoué. Il y a donc moins d’oiseaux car très peu de jeunes ont pu s’envoler ce printemps et cet été.

• Deuxièmement, les faînes (fruits du Hêtre) sont abondantes cet automne dans nos forêts. Celles-ci forment une nourriture de choix pour beaucoup d’espèces de passereaux. Certains préfèrent donc rester en forêt plutôt que venir aux mangeoires des jardins.

Il semble que les oiseaux migrateurs, déjà partis vers le sud comme les fauvettes ou les pouillots, aient été aussi affectés par cette mauvaise météo. Peu seront de retour ce printemps, qui risque donc d’être un peu plus silencieux encore…

Un déclin alarmant 

Avant ce printemps pluvieux, beaucoup d’espèces d’oiseaux montraient déjà des signes inquiétants de déclin. Les causes de celui-ci sont multiples et complexes : destruction directes d’habitats, intensification de nos pratiques agricoles et sylvicoles, réchauffement climatique, etc.

Que faire ?

_pinsons-des-arbres
Les Pinsons des arbres sont absents de beaucoup de jardins, quelques peuvent être observés en forêt se nourrissant de faîtes. (Photo : Franck Renard)

Il n’y a hélas pas de réponse simple à cette problématique complexe mais il convient de changer certaines de nos habitudes pour aider les oiseaux et la nature en général. Nous pouvons
avoir un impact positif direct par exemple en aménageant son jardin (laisser une partie de la pelouse non tondue, planter des espèces indigènes d’arbustes et d’arbres, creuser une mare). Mais nouspouvons aussi avoir des impacts bénéfiques indirects sur la nature. Par exemple en modifiant notre alimentation, en consommant local, de saison et de manière responsable. Nous diminuons ainsi la destruction et la dégradation d’habitats et nos rejets en polluants.

Alertez-nous

Pour mieux comprendre ce phénomène, nous vous invitons à nous contacter si vous aussi vous constatez une absence d’oiseaux au jardin par mail à protection.oiseaux@birdprotection.be en indiquant votre code postal et les espèces habituellement présentes et absentes cet automne.