cover_homme-et-loiseau_3_2016

SOMMAIRE

EDITO 4

1922-2016 : 94 années de combats 6

Cotisations 2017 9

homme & oiseau 10

MARTINET 13

intelligence animale 14

notre Centre nature 20

Gypaète barbu 24

la chasse en question 28

oiseaux dans le monde 44

Nouvelles de nos réserves 53

calendrier 2017 58

cartes de voeux 2017 59

protection 60

agenda 61

NON aux démonstrations de rapaces 62

Boutique verte 65

non aux zoos 66

Recueillir • Soigner • Relâcher 68

EDITO

Nassonia, un renouveau ?

Voici trente années, les importants dommages occasionnés à la forêt, par un gibier déjà pléthorique, avaient amené la commune de Nassogne à modifier les conditions de ses baux de chasse. Des modifications auxquelles le chasseur de l’époque s’était opposé en ne renouvelant plus son offre.

Coïncidence, le territoire concerné est le même qui, aujourd’hui, dans les mêmes circonstances, fait de nouveau l’objet d’un refus de location de la part du chasseur.

Il y a donc trente ans, la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, en association avec la S.R.P.A. Veeweyde, présentait à la commune de Nassogne un projet de gestion semblable à celui portant maintenant le nom de Nassonia. Il y était question de rééquilibrer la flore et la faune de la forêt en collaboration avec l’Administration des Eaux et Forêts (devenue Département de la Nature et des Forêts), des institutions scientifiques (Université de Liège, Institut des Sciences Naturelles) et d’associations naturalistes locales et régionales.

A cette époque, où la préservation de la biodiversité n’était pas encore prépondérante, ce projet avait étonné, et était plutôt jugé farfelu. Néanmoins, il avait trouvé un écho favorable dans un conseil communal exaspéré par les pertes importantes de revenus forestiers dues à la dent des cerfs et des sangliers. Pour le monde de la chasse, qui apprécie la nature selon l’abondance des espèces gibier qu’elle peut leur produire à occire, il fallait empêcher l’exemple d’une saine gestion écologique. Après une annulation au niveau provincial, suivie d’ une nouvelle approbation par le conseil communal, s’est installée une « guerre des tranchées » due au baron-chasseur, généreux donateur en gibier aux membres du collège échevinal. Le bourgmestre, acquis à sa cause, s’est alors évertué à empêcher la conclusion du contrat. Sans sa signature officielle, il était interdit aux deux A.S.B.L. d’intervenir en forêt. Les mois passés en tergiversations avec le représentant de l’autorité communale ayant favorisé une reproduction non limitée des sangliers, il s’en est suivi, inévitablement, des dommages importants aux cultures agricoles environnantes. En raison des reproches des agriculteurs, venant s’ajouter à l’insistance des « généreux » chasseurs,  la commune a finalement préféré mettre fin à cette situation d’immobilisme qui commençait à mécontenter trop de monde.

Souhaitons au nouveau projet Nassonia, présenté par monsieur Eric Domb, de se concrétiser rapidement sans connaître tous les avatars de notre projet précurseur.

Le temps est venu, par un exemple sérieux, de mettre en évidence l’hégémonie nocive du monde de la chasse sur la nature.

Michel David, Vice-président.

Dans ce numéro, nous vous présentons un « dossier chasse » avec deux articles. Le premier aborde le thème de la chasse et de la gestion de la nature,  le second  notre demande de révision de la loi sur la chasse. De plus, notre argumentaire contre la chasse sera publié dans nos prochaines revues ainsi que sur notre site web.