20160823_135508 copie
Le Grand-duc inaccessible sur la corniche.

Un matin d’août, notre soigneuse reçoit un appel concernant une observation peu courante : des particuliers ont remarqué de leur petite fenêtre un grand hibou, posé sur la corniche de l’immeuble d’en face, en plein centre de Bruxelles ! D’après eux, l’oiseau fait des bruits de clochettes lorsqu’il se déplace…

Il n’y a que peu de doute : il s’agit d’un animal probablement échappé de captivité. Il faut donc intervenir car celui-ci n’a certainement pas appris à chasser et risque de mourir de faim.

Sur place, notre soigneuse confirme l’identification de l’espèce : il s’agit d’un Hibou Grand-duc, espèce présente à l’état sauvage dans notre plat pays, mais c’est bien là un animal échappé de captivité.

L’attraper ne sera pas une mince affaire, l’oiseau capable de voler se trouve à plus de 10 mètres de haut.

Après avoir tenté de contacter sans succès les habitants de l’immeuble sur lequel se trouvait le rapace, une première
conclusion est faite : il faut que ce soit le rapace qui vienne à nous et non l’inverse.

20160823_184147 copie
Enfin une possibilité d’intervention !

Devant les regards amusés des touristes, à quelques mètres de la rue Neuve, notre soigneuse tente de l’attirer, sans succès. Malgré le vif intérêt du hibou, celui-ci ne daigne bouger.

Il faudra donc attendre le soir pour enfin tenter une réelle approche : l’oiseau a changé d’immeuble et la corniche est accessible. Ni une ni deux, filet en main, c’est dans un exercice de haut vol que notre soigneuse se lance avec brio.

Mission accomplie, l’animal mécontent est mis en sécurité et est transféré rapidement dans nos locaux.

La détention de ce type d’espèce est pourtant interdite à Bruxelles. En effet, selon l’ordonnance relative à la conservation de la nature du premier mars 2012, titre III, chapitre 1er article 68, concernant les espèces européennes : «[…] la protection stricte implique l’interdiction […] de les détenir en captivité ».

 

De plus, la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux condamne la détention de ce type d’espèces sauvages, mais particulièrement lorsque ceux-ci sont utilisés dans le cadre des spectacles de rapaces : http://protectiondesoiseaux.be/index.php/2016/02/19/les-associations-de-protection-de-la-nature-et-du-bien-etre-animal-sortent-les-serres-contre-les-demonstrations-de-rapaces/.

 

Tout est bien qui finit bien pour ce Grand-duc. Ce qui n’est pas le cas de tous ces rapaces, échappés de captivité ou maintenu attachés à des piquets.

aaa