SOMMAIRE

EDITO 5

1922-2014 : 92 ANNÉES DE COMBATS 6

POUVOIRS PUBLICS ET NATURE 10

HOMME & OISEAU 16

PHOTOGRAPHE ANIMALIER 18

NOUVELLE DE NOS RÉSERVES 24

ORNITHOLOGIE 26

NOTRE CENTRE NATURE 30

OISEAUX DANS LE MONDE 34

RECENSEMENT 42

JUNIOR 44

OISEAU DE L’ANNÉE 46

NICHOIR 48

RECUEILLIR • SOIGNER • RELÂCHER 54

EDITO

En cette période d’élections, tout le monde y va de ses sondages. Certains sondent la population, d’autres préfèrent sonder les partis.

C’est ce que La Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux a fait. Les quatre principaux partis ont été invités à répondre à quelques questions simples et bien précises sur la gestion de la faune sauvage et par conséquent sur le respect de la biodiversité. Vous en découvrirez les résultats au fil de ces pages, assortis de nos commentaires.

Mais d’autres ont eu la même idée que nous. Peut-être en réaction à notre initiative ? Ainsi le Saint Hubert Club de Belgique a envoyé un long questionnaire sur : « Quelle chasse veulent nos politiciens ? ». En fait, les questions posées en disent long sur la mentalité des chasseurs et sur ce qu’ils veulent ! *

Certaines questions commencent par des affirmations qui n’ont aucune base scientifique. Par exemple : il y a surpopulation de prédateurs, ou le contraire : il n’y a pas de surpopulation du grand gibier.

Ils veulent éliminer les prédateurs (« régulation des becs droits, des renards, des rapaces »), pourtant si nécessaires à l’équilibre naturel, élargir la liste des pièges autorisés, comme en France. Des pièges plus cruels les uns que les autres.

Ils veulent continuer le si néfaste nourrissage des espèces dites gibiers.

Ils veulent plus de moyens financiers : enrayer la spirale des prix des locations de chasses, revoir l’indemnisation des dégâts du « gibier », revoir l’augmentation du précompte mobilier voté en 2012, augmenter les moyens financiers alloués à la chasse en général, rétrocéder la recette du permis de chasse (près de quatre millions d’euros) aux activités des chasseurs…

Ils veulent encore plus d’autonomie. Que seuls les Conseils cynégétiques décident en matière de gestion de certaines espèces. Avec le Ministre Di Antonio c’est déjà le cas, mais pas encore assez aux yeux des chasseurs.

Ils veulent revoir la loi sur les armes, car « les honnêtes citoyens détenteurs d’armes sont pénalisés ». La tristement célèbre National Rifle Association des Etats-Unis fait des émules.

Ils veulent qu’on puisse chasser à l’arc car – Il faut le lire pour le croire – « c’est une méthode de chasse respectueuse du bien-être animal ».

En résumé, ils veulent être moins taxés et dépenser moins, recevoir plus d’argent, pouvoir tuer tout ce qu’ils désirent avec le plus d’armes possible… C’est minable de réclamer de l’argent pour tuer des animaux de la nature qui sont un bien commun. C’est faire fi de l’évolution de notre société qui se veut plus respectueuse de notre environnement et qui désire simplement se promener, au calme, un week-end d’automne, dans nos forêts ardennaises.

Les chasseurs, hélas n’ont pas évolué, ils n’ont rien compris. On retourne au moins cinquante ans en arrière.

Notre regretté Président Roger Arnhem écrivait le 10 novembre 1985, à un chasseur : « Si la chasse n’est que le reflet malsain du plaisir de tuer (disons de « tirer ») ou celui de « faire des tableaux » pour une galerie de gens désœuvrés, ou pire encore, incompétents et n’ayant aucune « amitié » pour les animaux : je dis NON à la chasse !

Enfin, réjouissons-nous, la biodiversité de notre pays vient de s’enrichir considérablement avec l’apparition d’une nouvelle espèce observée depuis peu dans la région de Mons : le Panda.

Jean-Claude Beaumont, Président.

* Nous sommes évidemment intéressés par les résultats de ce sondage.